Se disputer en couple ? Oui, mais bien !

Mis à jour : mai 6


Des chercheurs de l’université de Chicago ont récemment publié une étude qui montre que les hommes en couple avec une femme ayant un "fort" caractère bénéficieraient d’une meilleure santé : meilleure régulation de la glycémie, moins de risque de diabète, plus de stimulation intellectuelle, moins de risque de maladie d’Alzheimer…

On ne sait pas trop comment ça fonctionne pour les femmes, mais à priori, les désaccords et les disputes dans le couple ne feraient pas forcément de mal, au contraire !

C’est assez intéressant pour me donner envie d’écrire sur les disputes conjugales...



Se disputer lorsqu’on est en couple, ça arrive à quasiment tous les couples, mais pas forcément à la même fréquence pour tous. De la dispute quotidienne à la dispute bisannuelle, il y a toute une variante de la place du "conflit" dans le couple !

Lorsque les disputes sont trop fréquentes ou trop violentes, c’est le signe d’une crise conjugale qui se traduit par de la souffrance de part et d'autre, qui va user et intoxiquer le couple, le menant à une rupture de la communication ou la rupture tout-court.


Mais les disputes, si elles sont "mesurées", sont souvent libératrices, constructives et source de réajustements qui permettent aux partenaires de continuer à avancer ensemble, dans le respect l’un de l’autre.


Commençons d’abord par les comportements à éviter !



  • La démesure

Il est autant préjudiciable de maximiser la cause de la dispute que de la minimiser !

Monter sur ses grands chevaux, gesticuler, hausser le ton et faire d’une contrariété un scandale interplanétaire est un très mauvais départ pour une dispute constructive. La communication est coupée net.

Banaliser, balayer le motif de la dispute du plat de la main, « ce n’est pas grave », « ça ne sert à rien » va provoquer l’inverse de l’effet attendu : de la colère supplémentaire ou de la rancœur qui va gangrener l’échange, voir même le quotidien.


Dans un premier temps, respirez… et accueillez (ou formulez) avec calme (si possible) et bienveillance le problème.


  • La mauvaise foi

C’est votre pire ennemie, que vous la receviez ou que vous l’émettiez.


Cela ne va pas vous servir de vous défausser de vos responsabilités en accusant l’autre. Évitez donc au maximum d’accuser quelqu’un d’autre (à tort) quand des reproches vous sont adressés ou d’essayer de retourner la situation. L’escalade sera inévitable.

Cela ne va pas vous servir non plus de nier ou de faire celui ou celle qui ne voit pas de quoi il s’agit en espérant que ça passe. Votre partenaire exprime un ressenti et comme tout ressenti, il existe ! Posez des questions, montrez vos efforts de compréhension avant de vous expliquer.


  • La victimisation

"C’est toujours sur vous que ça tombe ? Vous ne faites jamais les choses bien ?"


Que ce soit votre tactique pour faire face au conflit ou si vous avez réellement ce sentiment, surtout, ne l’exprimez pas ainsi lorsque le conflit se déclare.

Dans le premier cas, vous endossez un rôle qui risque de faire flamber l’échange et d'instaurer un cadre malsain bourreau/victime dans votre relation.

Dans le second cas, si réellement votre partenaire trouve tous les prétextes pour s’en prendre à vous, il est temps de vous poser les bonnes questions et faire cesser ce mode de relation toxique !



Alors, comment parvenir à « bien » se disputer ?



1. Avant de commencer, demandez-vous intérieurement pourquoi, ce qui vous gêne réellement, si ça vaut le coût d’être abordé, ce que vous en attendez. Prendre le temps d’identifier vos besoins, vos frustrations vous évitera une dispute inutile ou de vous en prendre à votre conjoint(e) injustement.


2. Choisissez vos mots : Exprimez vos attentes plutôt que formuler des reproches, utilisez le « je » plutôt que le « tu » accusateur : « Je suis déçue car j’ai fait le repassage et j’aurai aimé que tu fasses la vaisselle. Peux-tu la faire ? Ça me soulagerait car je suis fatiguée. » plutôt que « Tu n’as pas fait la vaisselle, tu te la coules douce pendant que je repasse, tu ne m’aides jamais !»


3. Gardez votre calme tant que possible, sans crier, quelle que soit votre place dans l’échange. Attention toutefois à ne pas dégager de l’indifférence, votre partenaire essaie de communiquer quelque chose et attend que vous soyez à l'écoute. Évitez tout mépris, dénigrement ou insulte. En cas de trop fort débordement émotionnel, celui de votre partenaire ou le vôtre, sachez couper court, sortir de la pièce ou aller prendre l’air avant que ça ne dérape. Lâchez votre ego et remettez à plus tard le sujet de l’échange, quand vous serez tous les deux plus apaisés.


4. Soyez orienté(e) solutions : une dispute constructive est une dispute qui aboutit à la résolution du problème de départ ou à un consensus. Vous ne trouverez pas forcément cette solution tout de suite mais c’est en ce sens que la dispute doit s’achever. Empathie, compréhension, explications, compromis et respect sont les meilleurs amis de votre couple.


5. Sachez vous excuser : vous avez perdu votre calme et avez déversé votre colère avec bruit et agressivité, voire avec quelques noms d'oiseaux qui vous ont échappé ? C'est à éviter tant que possible mais ça peut arriver. Si vous en prenez conscience, c'est une bonne chose. Ne laissez pas cette attitude se transformer en poison pour l'autre et pour votre relation, formulez des excuses de manière sincère et apaisée, même si c'est plus tard. Votre partenaire se sentira ainsi considéré(e), à travers la reconnaissance de la blessure que vous avez pu lui occasionner. Il/Elle pourra plus facilement accepter de rétablir le dialogue. De votre côté, si vous avez identifié cet emportement, vous pourrez plus facilement éviter que cela se reproduise.


En bref, il n'est pas facile de garder une attitude "mesurée" lors d'un désaccord de couple. C'est bien normal de perdre parfois son sang-froid.

Surtout, ne laissez pas vos mots dépasser vos pensées et ne laissez pas votre partenaire vous blesser volontairement. Le respect est le minimum garant d'une relation d'amour saine, qui apporte joie et bonheur, telle que je vous la souhaite !



A bientôt !

16 vues
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

Lun - Mar - Jeu - Ven: 10h00 - 19h00

Mer : 10h00 - 18h00

​​Samedi: 10h00 - 13h00

Fermé le dimanche​

Logo de l'Association des Psychanalystes Européens

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Krystal-Conseil pour le traitement de vos informations. La base légale du traitement est le traitement des données à caractère personnel.

Les données collectées seront communiquées au seul destinataire suivant : Christelle Festin,consultante psychopraticienne.

Les données sont conservées pendant 5 ans.

Vous pouvez accéder aux données vous concernant, les rectifier, demander leur effacement ou exercer votre droit à la limitation du traitement de vos données. Vous pouvez retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données.

Consultez le site cnil.fr pour plus d’informations sur vos droits.

Pour exercer ces droits ou pour toute question sur le traitement de vos données dans ce dispositif, vous pouvez contacter Christelle Festin au 07 83 47 85 52.

Si vous estimez, après l'avoir contactée, que vos droits « Informatique et Libertés » ne sont pas respectés, vous pouvez adresser une réclamation à la CNIL.